AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 

Happy Satomi Ayling ▬ « Tools don't disappoint you. Only people do. » (post vacant)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité


Invité



MessageSujet: Happy Satomi Ayling ▬ « Tools don't disappoint you. Only people do. » (post vacant) Jeu 23 Nov - 19:40






Happy


Satomi Quinn


ft : Jadyn Wong



27 ans ♦ Génie de la mécanique ♦ Américano-japonaise







« Je peux être normale, je vous le promets ! Peut-être que les prochains m’aimeront bien. »


13.10.1990, Seattle – Happy Satomi Ayling pousse son premier cri. Le premier enfant tant attendu et désiré d’un couple éperdument amoureux. L’histoire commence bien, mais se dégrade en revanche bien plus vite qu’on aurait pu l’imaginer. L’accouchement se passe mal. Satomi Ayling, la mère, perd beaucoup de sang. Il y a des complications, le bébé met du temps à sortir, Satomi s’épuise. Il y a beaucoup de sang. De cris. De peur. Puis le silence. Suivi des pleurs d’un petit bébé, qui n’a alors pas conscience du drame qui vient de se produire. Satomi Ayling est décédée en donnant la vie à sa fille. Happy.

Les mois passent, et son père plonge dans l’alcool pour noyer le chagrin d’avoir perdu l’amour de sa vie. Il aime sa fille, mais ne peut la regarder tant elle a les yeux de la femme qu’il a tant chéri. La voir sourire lui fait chaud au cœur, mais la regarder grandir le fait incroyablement souffrir. Il s’accroche tant bien que mal.
Les années passent, mais rien ne change. Rien ne s’arrange. Au contraire, tout s’aggrave. L’alcool est de plus en plus présent dans la maison. Happy a trois ans, et se développe à une vitesse peu commune. Elle comprend beaucoup de choses, surtout au niveau des fonctionnements électriques. Son père lui a fabriqué une maison de poupée avec des petites lumières, qu’elle a totalement transformé pour en faire un manoir incroyablement illuminé. C’est à-partir de là que son père comprit qu’Happy était spéciale. Et qu’elle méritait un avenir meilleur.
C’est alors qu’à l’âge de trois ans, il l’abandonna dans un hôpital. Elle fût placée en orphelinat. A cause de sa mémoire surdéveloppée, Happy se souvient de ce moment dans tous les détails. Elle se souvient du camion rouge cabossé, du regard de son père, de sa silhouette qui s’éloigne.


« Pourquoi je suis différente ? J'ai l'impression que les enfants de mon âge sont naïfs et fragiles, ils pleurent sans arrêt. Et puis ils jouent à des jeux bizarres aussi, comme se courir après ou taper dans un ballon. Mais le pire c'est que ça les amusent. Moi ça ne me fait pas rire tout ça, mais dis-moi pourquoi ? Les filles de ma classe pleurent quand elles se disputent, moi ça ne me fait rien. Tu sais, on me dit que je suis un monstre, parce que mon visage ne change jamais. Mais est-ce que c'est vrai ? Est-ce que je suis aussi hideuse ? Est-ce que je fais peur ? Moi je les vois comme des objets, des choses auxquelles on ne doit pas s'attacher. »



Étrange comme prénom, vous n’avez pas l’air très « Happy ».



Happy a grandi. A sa majorité elle a pu quitter l’orphelinat où personne n’avait voulu l’adopter, la jugeant différente. « Je suis défectueuse. » selon ses termes mécaniques d’enfant. Mais désormais c’est une adulte de 27 ans, cherchant du travail à Vögar. Elle a du mal à trouver un travail stable. Non pas par manque de compétences, c’est un véritable génie de la mécanique avec 184 de QI. Mais plutôt à cause de son agressivité. Elle ne supporte pas l'autorité et les critiques. Si quelqu'un a une phrase déplacée ou un geste déplacé, elle devient violente physiquement. Et cela lui a coûté plusieurs jobs. Ayant un quotient émotionnel très bas, cela engendre très souvent des complications avec les autres êtres humains, qu’elle a tendance à éviter maintenant.






« Les outils ne nous déçoivent pas. Seuls les humains peuvent le faire. »




Le truc d’Happy, c’est la mécanique. Les machines. Les ordinateurs. Les engrenages. Les voitures. Les motos. Analyser, comprendre, repérer, réparer. A chaque problème sa solution, tout est plus simple comme ça. Et les machines sont tellement fascinantes à ses yeux. De merveilleuses prouesses sans cesse en évolution.
Il est bien plus simple de repérer les problèmes d’une machine que ceux d’un humain. En plus d’éviter les relations, d’avoir du mal à s’attacher aux gens car elle estime qu’on ne peut avoir confiance en personne si même son propre père nous a abandonné, elle est extrêmement maladroite quand elle parle et vous pouvez vite vous sentir offensé quand elle parle, même si à l’origine ce n’est pas son intention.

Revenir en haut Aller en bas

Happy Satomi Ayling ▬ « Tools don't disappoint you. Only people do. » (post vacant)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vögar-Island ::  :: Présentations :: Présentations Stand-by-