AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 

« L'esprit motard c'est ce lien qui nous unit tous. » w/ Clive R. Crowley

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Emmerdeur professionnel
avatar



Messages : 57
Date d'inscription : 12/11/2017
Age : 29
Localisation : Vögar
Métier : Chroniqueur, auteur, réalisateur, acteur, scénariste, emmerdeur.


MessageSujet: « L'esprit motard c'est ce lien qui nous unit tous. » w/ Clive R. Crowley Jeu 23 Nov - 20:38



(Je tente l’écriture à la première personne)



Samedi, 10h, je me réveille enfin. Quelle nuit affreuse j’ai traversée. Remplie d’angoisses, de meurtres et autres joyeusetés. Bien qu’encore engourdie par ses bras de fer, ma main droite (baladeuse et gratteuse) m’apporte la première bonne nouvelle de la journée: je suis un homme. Et pas des moindres !

Je sors péniblement de mon lit et ouvre les stores de ma chambre. C’est un temps parfait pour aller faire de la moto. J’avale un café en vitesse, me brûlant les lèvres, et enfile mon cuir. Quelle odeur réconfortante. Le corps qui comprend à son contact les sensations qui vont s’en suivre. Je me dirige vers mon garage, où ma belle passe ses nuits, et m’approche d’elle un sourire aux lèvres. Une magnifique Kawasaki Ninja 650 noire. Sportive, sombre, élégante. Je tourne la clé, fais chauffer le moteur, et enfile mes gants en réfléchissant à quelles routes je pourrais emprunter sans croiser trop de monde à cette heure-ci de la mâtinée.

Conduire une moto est sans aucun doute est la sensation la plus intense qu'une machine puisse provoquer. C’est presque vital pour moi. On a tous besoin d’une échappatoire, c’est inévitable. Regardez le monde dans lequel on vit. Vous devez vous trouver quelque chose qui vous catapulte hors de ce monde le temps d’une balade. Le monde n’est pas tout le temps beau mais il a pleins de choses à vous faire découvrir.
Depuis que je fais de la moto j’ai rencontré énormément de personnes. Des hommes, des femmes. Des jeunes, des vieux. Bref, des motards. L’esprit motard c’est ce lien qui nous unit tous, qui nous fait nous saluer même si on ne se connait pas, sans se préoccuper de la cylindrée ou du type de bécane qu’on croise. L’esprit motard c’est aussi ce sujet de conversation universel qui relie tous les motards, parfois avec des personnes que tu ne connais ni d’Eve ni d’Adam.. C’est être seul physiquement sur sa selle, mais avec toute une communauté dans son cœur. C’est quand tu te casses la tronche, que tous les motards qui passent s’arrêtent, t’aident à relever ta belle, et te demandent si tout va bien.

C’est se sentir vivant. C’est vivre des sensations qui te prennent aux tripes. C’est arriver au boulot avec le sourire parce que tu as évité une heure de bouchons. C’est le petit regard que tu as quand tu arrives à la hauteur d’un autre motard au feu rouge. Et ce sourire amusé qui s’en suit, peu importe qui est arrivé le premier. La route pour une personne lambda, c’est juste d’aller d’un point A à un autre. Pour moi, pour nous, c’est le terrain qui permet de vivre notre passion. Peu importe ton passé, qui que tu sois, peu importe ton métier, ta religion, ton âge, ton sexe, on s’en fout. Aucune remise en cause. On est là pour s’aider, s’écouter, s’amuser, échanger. Tout simplement vivre notre passion, l’amour du deux-roues. C’est une certaine façon d’apprécier la vie, de s’abandonner à elle le temps d’une balade. C’est… Et merde. Ma belle fait un bruit anormal. Je la sent qui travaille, qui souffre. J’essaye de forcer sur la poignée de gaz, afin de voir si ce n’est pas juste de la crasse qui bloquerait quelque chose, mais rien n’y fait. Je la sens faiblir. Je décide donc de ralentir et de m’arrêter sur la chaussée.
Je descends, posant ma main sur son flanc comme pour la réconforter, m’accroupie, et tente de comprendre -avec mes quelques bases de connaissances en mécanique- où se situerait le problème. Malheureusement, je ne vois rien. Et lorsque j’essaye de redémarrer, celle-ci refuse de se remettre en route. Merde. Comment faire…

Je reste un moment à regarder ma belle sans vie, inquiet comme un parent devant son enfant malade, et voyant que j’avais décidément choisi la route avec le moins de passage des environs, décide de chercher le numéro d’une dépanneuse ou d’un garage aux alentours. Dieu merci, il y a du réseau ici. Un homme à la voix grave décroche. Un certain Clive R. Crowley tient un garage à proximité, et accepte de venir me dépanner. Il dit pouvoir être là en dix minutes, parfait. Je raccroche et repose mon regard sur ma belle. Quel mal te ronge ?

Je ne saurais expliquer comment je peux avoir autant d’affection pour elle, alors que j’ai déjà changé, cassé, vendu plusieurs de mes voitures sans que cela ne me fasse jamais rien. Mais elle, m’accompagne depuis des années. C’est ma fidèle compagne, celle grâce à qui j’ai vécu des expériences extraordinaires, celle avec qui j’ai voyagé dans des endroits magnifiques, sur des routes inaccessibles en voiture. Une moto ce n’est pas un moyen de transport, c’est plus que ça. C’est le transport de l’esprit.
Je pousse un soupir et voit une camionnette, qui a sûrement plusieurs milliers de kilomètres sous le moteur vu son allure, s’approcher. Elle se range juste derrière moi, et un homme massif en sort.


« Bonjour. Monsieur Crowley, c’est bien ça ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mécanicien mystérieux
avatar



Messages : 6
Date d'inscription : 13/11/2017
Métier : Mécanicien


MessageSujet: Re: « L'esprit motard c'est ce lien qui nous unit tous. » w/ Clive R. Crowley Dim 3 Déc - 17:27





    - Et c'est à ce moment bien précis ou, roulement de tambour... commença cyniquement Clive en tapant nerveusement le plat de sa main sur le comptoir du garage. Je t'annonce que ce n'est pas mon problème !

    Avec irritation, il coupa la communication téléphonique et fit claquer le téléphone sur la surface rigide. Ce dernier fit un bond et s'envola en raclant le plat de ce qui servait de bureau jusqu'à une pile de papier non classés. La famille était décidément une invention du diable, puisque même sa propre tante n'était pas capable de le laisser tranquillement passer les fêtes de fin d'année en solitaire. Depuis la mort de sa mère, et l'arrestation de son père, l'irlandais avait définitivement perdu le goût des réunions de famille, puisqu'il considérait la sienne comme enterrée à six pieds sous terre. Il lui restait des gens sur qui compter, bien entendu, mais chaque rencontre était synonyme de bagarre constante sur le sujet du géniteur de ce dernier. Et chaque fois qu'il en avait l'occasion, il préférait rappeler que non, il ne donnerait pas réponse aux missives pseudo désespérée de son paternel. En secouant la tête, Clive jeta un œil sur l'espace du secrétariat et poussa un soupir. Bon sang, en pensant à ça, il était grand temps qu'il se trouve une aide pour gérer le garage. Mais ce n'était pas si simple. Cet endroit, c'était son enfant ; il en prenait plus soin que de sa propre vie. Clive aimait s'occuper des problèmes mécaniques des clients, il appréciait cet échange de confiance, voir que son occupation aidait les autres. Voir repartir une voiture ou une moto comme si elle venait de sortir de l'entrepôt était pour lui comme une victoire personnelle sur le reste du monde. Alors confier une partie de sa dure labeur à quelqu'un d'autre relevait du défi.

    Le téléphone sonna de nouveau. Clive poussa un juron, et se pencha au-dessus du comptoir pour vérifier que le numéro n'appartenait pas à quelqu'un de sa connaissance. Il fût surprit de constater que non. D'un geste, il porta le téléphone contre son oreille gauche.

    - Oui, en quoi puis-je vous aider ? Démarra l'irlandais d'une voix rauque.

    Parfois, les gens était étonnés de voir que l'Islandais de Clive était parfait. Et pour cause ; sa mère était du pays et même lorsqu'il résidait encore en Irlande, elle ne lui parlait qu'en sa langue natale. Après quelques secondes, la voix d'un homme résonna à l'autre bout du fil et semblait presque inquiète. Sa moto, une sportive, avait faibli et avait dû être arrêtée sur la chaussée. Clive hocha la tête. Il se sentait parfois comme un super-héros devant sauver le monde ; et dans le cas présent, il était de son devoir, mais aussi dans ses capacités, de venir en aide à la personne l'ayant appelée. Avant même d'avoir raccroché, l'homme fit le tour du lourd comptoir et attrapa les clés de sa vieille camionnette. Il assura qu'il pouvait faire le chemin en quelques minutes. Il jeta à nouveau le téléphone dans les papiers du bureau, et sauta dans son véhicule.

    Il l'avait repérée ; elle brillait comme un soleil dans le froid glacial de cette matinée d'automne. Clive stoppa la camionnette sur le bas côté en arrière de la moto, et descendit en claquant la portière faite de tôle. Il se dirigea d'un pas déterminé vers l'homme qui l'attendait là, et avant même qu'il n'ait eût le temps de dire quoique ce soit, ce dernier le coupa dans son élan.

    - Bonjour. Monsieur Crowley, c’est bien ça ?
    - C'est exact, répondit Clive. Alors, quel est le problème ?

    Son regard se dirigea à nouveau sur la moto. Clive n'était pas un fan de sportive, mais celle-là était vraiment belle. Et bien entretenue, apparemment. L'homme qui se tenait face à lui devait vraiment apprécier l'allure de son bolide. Qui sait, avec un peu de chance, Clive n'avait pas à faire avec un débutant prétentieux qui ne faisait de la moto que pour séduire les demoiselles.

    - Votre beauté est neuve ? C'est la première fois qu'elle vous lâche comme ça ?

    Clive se pencha sur l'engin et toucha la carrosserie brillante en prenant soin de ne pas laisser de traces de doigts. Il releva le menton vers son interlocuteur.

    - Je suggère qu'on se rende directement au garage, histoire de l'examiner de plus près, affirma l'irlandais en lâchant la moto.

    Il baissa le battant de sa remorque et demanda silencieusement le consentement de l'homme pour la glisser à l'intérieur. Décidément, Clive avait presque plus de respect dans ce genre de situation que pour le reste de l'humanité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

« L'esprit motard c'est ce lien qui nous unit tous. » w/ Clive R. Crowley

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vögar-Island ::  :: Garage-