AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 

Chronique acide sur la religion. [1]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Emmerdeur professionnel
avatar



Messages : 55
Date d'inscription : 12/11/2017
Age : 28
Localisation : Vögar
Métier : Chroniqueur, auteur, réalisateur, acteur, scénariste, emmerdeur.


MessageSujet: Chronique acide sur la religion. [1] Jeu 23 Nov - 20:54





« Bonsoir, bonsoir !

Chers téléspectateurs, si je m’adresse à vous ce soir ce n’est pas seulement dans le but d’en mettre plein la vue à Björk Gudmundsdottir qui comme disait l’autre « a peut-être un nom à coucher dehors, mais a des yeux à coucher dedans ». Non, non ce n’est pas pour cela. L’heure n’est plus aux ricanements.

Si je suis venu ce soir c’est pour défendre une cause, celle d’une communauté qui souffre dans une indifférence quasi générale des médias français, en effet à longueur de journées et à lourdeur de journaux on nous tapisse le bulbe avec les juifs, les catholiques, les musulmans, … Mais qu’en est-il de ces orphelins de Dieu qu’on appelle, non sans mépris, les « non-croyants » ? Qui pense à eux en ce moment ?

Moi-même, je l’avoue ce soir, je suis sans religion depuis de très, très longues années. Et je peux vous jurer sur la Torah des autres que ce n’est pas facile.

Mon calvaire a commencé à l’âge de 7 ans quand mes parents m’ont scolarisé dans une école d’origine balladurienne, truffés de premiers communiants, catéchisme le samedi, messe le dimanche. On pouvait déjà lire dans leurs petits yeux bleus les premières lueurs de la Manif Pour Tous. Vous voyez, dans la cours de récré j’essayais de me mêler à leurs conversations, mais leurs idoles s’appelaient « Jésus », « Noé », « Joseph », « Judas », ainsi que deux ravissants naturistes amateurs de pommes granny. Une sorte de Game of Thrones vintage, sans le nain, sans le nain ! Avec des épisodes chelous, comme celui où la mère du héros se fait pécho par Dieu ; sans les mains, sans les mains ! Ah ils adoraient ça, eux. Moi, je ne comprenais rien.

Dans les boums du collège, nourrissant l’infime espoir de pouvoir mélanger ma salive de profane à celle d’une brebis égarée, je faisais croire à toutes les filles que j’étais baptisé.

Quelques années plus tard, mes parents déménagent et je change d’établissement. Sauf que très vite je m’aperçus que dans cette secte-là, les hosties du dimanche avaient cédé leur place aux boulettes de viande Kasher. Dans ma classe 4 élèves sur 5 s’appelaient David et Déborah.

Ce qui ne m’a pas empêché de tomber amoureux, très amoureux… Aaah Déborah Fishmann. Elève de 5ème D, elle était belle à en crever. Sauf que pour cette merveille je n’étais qu’un plouc jusqu’à la peau du gland. Je me revois la nuit, tentant de me circoncire moi-même avec un couteau-suisse… 4 mois de tétanos j’ai chopé ! Et pour me remercier, pas une seule Barmitsva, pas une seule caresse de Déborah ! Il paraît qu’aujourd’hui elle vit à Tel Aviv avec un type vulgaire et sans aucun humour. A défaut de bouffer du porc, elle en a épousé un. Parfait.

Des années plus tard je me suis cassé les dents sur la belle Fatima. Fatima, une beurette incandescente, une paire de seins plus vénérables que tous les saints de l’Eglise. Voiler le corps de Fatima c’est aussi vache que de poser une bâche sur un tableau de Rembrandt ! Et c’est moi le mécréant ?

Mais qu’est-ce que c’est que ces conneries ? On m’avait dit que l’Islande était le pays du « Je pense donc je suis », et je me retourne dans le pays du « Je crois donc j’existe ». Non. Résultat, vers 20 ans, je suis devenu ce qu’on appelle un athée intégriste. J’ai dit stop à vos folies. Je ne crois pas à vos délires et j’ai le droit de le dire. Je suis impie ? Tant pis ! Tout cela pour moi n’existe pas. Les animaux sur un bateau, 72 vierges au Paradis, la nocivité d’une tranche de jambon, les crèches en plastiques qu’on devrait trouver jolies alors qu’elles foutent en l’air la déco du salon, les compliments de Saint-Pierre si tu tends la joue gauche… Et pourquoi pas mon fion ? Oh j’adorerais y croire, j’adorerais y croire à cette astrologie de luxe, mais j’ai arrêté le crack en 1996.
Du coup chez moi c’est terminé. Voilà belle lurette que vos grigris mystiques sont priés de poireauter sur mon pallier. Tant je leur dois mes pires soirées ; celles où les sourds discutent entre eux jusqu’au whisky de la discorde.

Je travaille moi-même comme une vache –sacrée ! - je n’ai pas le temps pour vos conneries. Les barbiches musulmanes et leur testiculo-centrisme à peine voilé, les cathos et leur passion perverse pour l’ectoplasme embryonnaire, les hindouistes désincarnés par l’espoir d’être un jour réincarnés en moule farcie, vous laissez ça dans le taxi.

Chez moi tous les prépuces font mine de se ressembler. Et si on s’entretue c’est au sujet du dernier film de Quentin Tarantino, de l’emploi des adjectifs dans l’œuvre de Rousseau, de la cuisson de l’épaule d’agneau, du prix de l’Heineken chez Carrefour City, ou de l’authenticité des lèvres d’Angelina Jolie. Pour le reste, désolé, faut sonner chez le voisin.

Ce qui ne m’empêche pas la nuit… une fois que tout le monde est rentré dans sa patrie imaginaire, d’allumer une bougie. Moi-même je parle à Dieu, mais c’est mon Dieu à moi. Il a la tête que je veux. Celle de la chance, et du travail, et du sourire. De ma copine. Je le remercie parfois, pour une bonne formule qu’il vient de jeter gratuitement dans mon encrier. Merci, merci, merci. Je le remercie pour cette radio des poumons qui, en dépit de mes 30 clopes journalières, semble satisfaire mon médecin généraliste. Merci, merci. Je le remercie chaque jour pour l’intelligence de mon meilleur ami. Bref ! J’ai un Dieu dans mon cerveau mais je ne l’impose à personne et je n’en parle jamais. Y’en a marre de vos histoires. Vous vous flinguez pour rien. A cause de vieux bouquins torchés à la plume d’oie par une bande de mythomanes. Voilà pourquoi ce soir, du fond de mon athéisme, je tenais à vous le dire : Vous avez beau squatter l’actualité en essayant de nous foutre la trouille, religieux en tous genres, vous commencez très sérieusement à nous casser les couilles.

Merci, au revoir. »

https://www.youtube.com/watch?v=_km_geOeQ1M
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Chronique acide sur la religion. [1]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vögar-Island ::  :: Internet :: L'internet de Nikola :: Chroniques télévisées - Nikola S. Lokinjörd-