AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 

Nikola & Keira ▬ « Je veux vivre tous les excès, tester tous les excitants. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Emmerdeur professionnel
avatar



Messages : 57
Date d'inscription : 12/11/2017
Age : 29
Localisation : Vögar
Métier : Chroniqueur, auteur, réalisateur, acteur, scénariste, emmerdeur.


MessageSujet: Nikola & Keira ▬ « Je veux vivre tous les excès, tester tous les excitants. » Sam 1 Sep - 1:24

« Je veux vivre tous les excès, tester tous les excitants. »









    Nikola était saoul comme jamais ce soir-là. Entourés de collègues et amis, mais se sentant seul au fond de son verre avec ses pensées noires. Il n’écoutait plus la conversation. Il menait un débat philosophique à lui seul dans sa tête.

    Il se demandait comment les gens, du moins les athées, avaient encore une notion de morale alors qu’ils savent très bien comment se terminera l’histoire, comment sera la fin. Les religieux, eux, au moins, ont presque tous une notion de paradis dans leurs livres. Mais les athées ? Qu’est-ce qui les fait se tenir droits ? Les lois ? L’humanité ? Ce soir Nikola ne trouvait pas de réponse à la question. Ce soir il se disait juste qu’au final dans la vie il n’y avait que deux options : Faire le bien en trimant, faire pareil en trichant. Ou bien tu fais le mal et au final tu es le seul déçu, ou bien tu es dans le droit chemin et tu te fais marcher dessus.

    Qu’est-ce qui l’empêchait ce soir d’aller braquer un fourgon et tout faire sauter ? Craquer et aller agresser une vieille dans la rue d’à-côté ? Comment faire son choix entre le bien et le mal ?

    Cette question n’était pas nouvelle dans ses pensées, depuis qu’il préférait traîner dans les bars que de faire ses devoirs. Préférer boire et perdre espoir. Vivre dans l’excès, claquer ses thunes quitte à s’endetter. Assouvir ses pulsions, attiré par son côté animal. Entre bien et mal il pouvait donner la vie ou te l’ôter. S’en battre les couilles ou voter. Entre Ciel et Terre c’est le Diable qui lui tendait la main. Alors il se servait un autre verre quitte à finir dans le ravin.

    Vraiment, plus l’alcool se glissait lentement dans son sang déjà bien imbibé, plus il réfléchissait et devenait mauvais intérieurement. Aigri, serait un meilleur mot. Il s’était toujours dit pendant sa dépression qu’il n’attendrait pas d’avoir échoué, qu’il préférait foutre tout en l’air tout de suite avant qu’il ne soit trop tard, six pieds sous terre. Qu’il ne tafferait jamais comme un chien parce qu’on peut tout perdre du jour au lendemain. Qu’il pourrait trouver l’amour mais qu’il l’échangerait contre n’importe quelle traînée, du moins ça c’est ce qu’il se disait.

    Mais ce qui est sûr c’est que si les bons partent en premier, Nikola vivrait longtemps. Comment faisaient les optimistes pour être aussi persuadés que l’humain est bon ? Que l’humanité existe ? Que l’humain est par essence bon, alors que Nikola quant à lui était persuadé du contraire comme de nombreux philosophes ?

    « Nikola ? »

    « Hein ? »

    « Ça te dit, alors ? »

    « De quoi ? »

    « Nikola… Un restau pour l’anniversaire de ton meilleur ami, ça fait une demi-heure qu’on en parle. »

    Le temps passe si vite lorsqu’on est plongé dans ses pensées. Ou lorsqu’on est saoul. Un mélange des deux et c’est la faille temporelle. Sentant le vertige de l’alcool arriver, il s’excusa auprès de ses amis pour aller prendre l’air, ayant déjà préparé sa cigarette qui trônait entre ses lèvres. Et une fois debout, le vertige augmentait. Tentant de faire bonne figure alors que son odeur d’alcool ne trompait personne, il rassemblait toutes ses forces pour essayer de marcher droit jusqu’à la sortie du bar. Il réussit à arriver jusqu’à la porte, par miracle. Dans son alcoolémie élevée, il voulu appuyer sa main contre la porte pour souffler un coup, en oubliant qu’elle s’ouvrait en poussant la porte à l’intérieur. La porte s’envola alors, Nikola avec. Il fit alors un grand bond et se cogna contre un homme avec une grande barbe et un look stéréotypé de motard en Harley. Celui-ci n’avait pas l’air heureux par cette soudaine rencontre, ni par le pied de Nikola qui écrasait le sien.

    « Ohoh ! Du pied gauche ! Apparemment ça porte chance lorsqu’on marche dans la merde ! »

    Lâcha-t’il sans réfléchir, riant aux éclats. Son petit périple philosophique l’avait apparemment fait perdre toute notion de politesse. L’alcool aussi. Le visage de l’homme devient aussi noir que le coquard qu’il s’apprêtait à imprimer sur le visage de Nikola. Heureusement celui-ci, vif et d’une rapidité déconcertante pour une personne ayant cinq grammes d’alcool dans chaque bras, esquiva le coup et ria encore plus fort. Dans son dos, une femme cria son nom. « Ce n’est pas la première fois ! » se dit-il, en riant seul à sa blague mentale. Il se retourna, oubliant le géant derrière lui, et plissa des yeux afin de discerner qui l’avait appelé. Son alcoolémie l’empêchait de voir net alors il se pencha en avant, les coudes sur les genoux, avec les yeux plissés d’une manière extravagante. Par chance c’est à ce moment-là que l’homme avait décidé de dégoter un deuxième coup de poing, qui atterri une nouvelle fois dans le vide quand Nikola se pencha d’un coup, ne se rendant absolument pas compte de ce qu’il venait de se passer. Il ne vit pas non plus deux amis du géant qui le résonnait en le persuadant que Nikola ne valait pas la peine de se battre, et le ramenaient dans le bar.

    Nikola, lui, essayait encore de discerner la silhouette. Elle s’approchait. Et plus elle s’approchait, plus du orange flamboyant se faisait deviner, un roux qui lui paraissait bien familier. La silhouette était maintenant devant lui, avant que Nikola n’ait eu le temps d’enregistrer l’information. Elle le regarda alors un instant de haut, avant qu’il ne se relève et puisse enfin dissocier son visage.

    « Ah ! Keira ! Je te présente mon nouvel ami ? »

    Il se retourna, mais l’homme n’était plus là. Sans doute l’avait-elle vu, mais dans sa cuite légendaire il n’en savait rien.

    « Ah ben ce sera pour une prochaine fois. Keiraaa, comment tu vas depuis le temps ? Ça fait au moins… »

    Il fit une longue pause afin de se rappeler la date de leur dernière rencontre qui s’était faite après son esclandre au plateau télé avec une politicienne d’extrême-droite dont il refusait de prononcer le nom comme un personnage d’Harry Potter avec qui elle partageait de nombreuses similitudes. Ils étaient allés ensuite boire une bière dans un café que Keira fit découvrir à Nikola, lui qui croyait pourtant connaître Vögar comme sa poche.

    « Longtemps. » Répondit-il finalement, ayant totalement perdu la notion de temps. « Comment tu vas ? » Répétât-il, ayant également perdu la mémoire à court terme.

    Il essaya de s’adosser contre le mur pour tirer une cigarette de son paquet, mais celui-ci était en réalité plus loin que ses yeux ne l’avaient informé. Il fit alors une pirouette suivie d’un « Oulaaa ! » et s’adossa de nouveau normalement, un pied contre le mur, comme s’il ne s’était rien passé. Keira était là devant lui, rayonnante de bienveillance, et il en oublia ses amis et son débat entre le mal et le bien. Il restait encore des gens biens, c’était une certitude. Il faudrait sûrement qu’il lui demande à l’avenir ce qui la poussait à garder cet espoir avec le monde actuel. Et pourquoi attendre ? Il prit un air très sérieux, tout à coup.

    « Qu’est-ce qui te fait croire en l’Homme, Keira ? »

------------------
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Nikola & Keira ▬ « Je veux vivre tous les excès, tester tous les excitants. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vögar-Island ::  :: Vögar's Bar : « Kaffibarinn »-